fantasy

« To kill a kingdom », de Alexandra Christo

Lira, a famous siren, must prove herself by stealing the heart of the man, a prince, threatening their race in this dark and action-packed debut. Princess Lira is siren royalty and the most lethal of them all. With the hearts of seventeen princes in her collection, she is revered across the sea. Until a twist of fate forces her to kill one of her own. To punish her daughter, the Sea Queen transforms Lira into the one thing they loathe most–a human. Robbed of her song, Lira has until the winter solstice to deliver Prince Elian’s heart to the Sea Queen and or remain a human forever. The ocean is the only place Prince Elian calls home, even though he is heir to the most powerful kingdom in the world. Hunting sirens is more than an unsavory hobby–it’s his calling. When he rescues a drowning woman in the ocean, she’s more than what she appears. She promises to help him find the key to destroying all of sirenkind for good–But can he trust her? And just how many deals will Elian have to barter to eliminate mankind’s greatest enemy?

Genre : fantasy

Edition : Feiwel & friends

Date de sortie : 6 mars 2018

Nombre de pages : 352

Prix : 13,02€ (en hardback)


Ce roman, qui est un one-shot, est le tout premier que je lis avec comme thématique les sirènes. J’ai toujours hésité à lire ce genre, de peur que ce soit un peu trop jeunesse. Avec tous les bons avis que j’ai lu sur ce livre, j’ai décidé de sauter le pas et, quelle merveilleuse idée j’ai eue !

***

« To kill a kingdom » est donc une réécriture du conte de « La petite sirène » et ce que j’ai tout de suite aimé, c’est que ce soit une réécriture oui, mais une réécriture beaucoup plus dark avec une ambiance et un univers assez oppressants parfois, et je suis plutôt friande de ce genre en général, ça ne pouvait que fonctionner pour moi.

J’ai eu en revanche un tout petit peu de mal (trois fois rien, avec le recul…) avec le début, du moins les premiers chapitres. On entre très facilement dans l’histoire et j’ai trouvé le début un peu trop obvious avec quelques lenteurs du coup. Mais la suite elle, m’a totalement convaincue. Très vite, j’ai été embarquée dans l’histoire de Lira et Elian, dans cet univers sombre que j’ai de suite aimé. On a le droit à un roman porté par la version des deux personnages principauxet c’est juste une idée géniale dans ce livre, qui apporte beaucoup à l’histoire. Les deux personnages principaux sont si opposés humainement, qu’on a le droit à deux versions très intéressantes pour le coup. On peut se rendre compte de leurs différences, qui petit à petit deviennent des points communs. Car oui, dans ce roman, les personnages –même les secondaires-, ont je trouve une très belle évolution, et pour un one-shot, c’est plutôt important de le souligner. 

« In the pits of our souls -if I amuse myslef with the notion that I have a soul- Elian and I aren’t so different. Two kingdoms that ccome with responsibilities we each have trouble bearing »

Même si c’est une réécriture, et que globalement on sait comme ça va sa passer, j’ai été surprise par moments, l’intrigue est très bien construite, on a quelques petites frayeurs parfois, des petites surprises, des moments aussi incroyablement cool et badass et tout ce cocktails d’événements font que j’ai vraiment beaucoup aimé ce livre. On est très facilement embarqué et c’est plutôt addictif je dois dire.

On suit donc les –plutôt pas joyeuses– aventures de Lira, une sirène, Princesse, qui est dans un perpétuel combat intérieur tout au long du roman. Elle a des sentiments plutôt partagés entre suivre les ordres de sa mère, la Sea Queen, et écouter son cœur. Tous ses sentiments contradictoires sont très intéressants tout au long du livre, elle se remet souvent en question, elle se demande toujours si elle est une bonne ou une mauvaise personne et j’ai aimé ce côté personnage torturé. On peut aisément se mettre à sa place car ça ne doit vraiment pas être simple. Lira est très badass, elle est courageuse et forte dans son caractère, tout ce que j’aime dans les personnages féminins de fantasy !

Bien sûr, quand elle se retrouve face à Elian, c’est explosif. C’est un duo qui, au début je trouvais assez plat, j’ai eu très peur, mais au final, je suis devenue fan de ces deux-là ensembles ! Ils sont drôles, attachants, badass etc… Elian est un personnage que j’ai évidemment beaucoup aimé, déjà, parce qu’il m’a fait tout de suite penser à Nikolai de Grisha, et aussi parce que c’est un pirate, donc c’est cool, mais aussi parce qu’il évolue pas mal aussi. Elian se remet beaucoup en question, tout comme Lira, et surtout, il est en quête de liberté, à tout prix, il va se battre pour l’obtenir, ce qui le rend vraiment attachant. Le seul et micro point négatif que j’ai pu relever sur Elian, c’est sa naïveté au sujet de Lira. Je ne vais pas développer pour ne pas vous spoiler, mais c’est vraiment le petit point que j’ai trouvé un peu trop poussé et c’est dommage.

« Don’t keep making the mistake of thinking you can touch me. I’m the crown Prince of Midas and captain of the world’s most deadly ship. If you do that again, a few nights in a cage will seem like a godsend. »

Comme je le disais, c’est une réécriture et on sait donc déjà l’issue de l’histoire, mais j’ai vraiment aimé comment l’auteure à choisie de terminer son histoire. J’ai trouvé ça plutôt bien vu, innovateur et c’est une fin que je trouve juste. J’ai littéralement dévoré les dernières pages. Tout est réussi dans ce roman, même les personnages secondaires, que j’ai tous aimé et je tiens à le noter car c’est assez rare, mais là, ils sont tous vraiment très intéressants. L’auteure est généreuse avec les détails, sans pour autant que ce soit de trop, j’ai trouvé ça dans la bonne mesure. Les détails sur l’océan, sur les sirènes, sur la Sea Queen, sur la vie sur un bateau, tout ça m’a un peu faite retourner en enfance et c’était un régal.

« To kill a kingdom » est donc une réécriture que j’ai adoré lire, pour son univers sombre et particulier, pour les sirènes, pour les pirates, pour sa badassitude. Il m’a donné envie de laisser leur chance aux autres romans sur les sirènes. Je ne peux que vous le conseiller, si vous avez envie de partir pour ce genre !

Dites-moi si vous l’avez lu ou si vous comptez le lire un jour ! Je n’ai aucune info pour l’instant sur une éventuelle traduction Française, j’aimerais vraiment que ça se fasse.

NOTE : 10/10


A très vite,

Gaelle

Publicités

6 réflexions au sujet de “« To kill a kingdom », de Alexandra Christo”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s