fantasy

« A curse so dark and lonely », de Brigid Kemmerer

Cursed by a powerful enchantress to repeat the autumn of his eighteen year, Prince Rhen, the heir to Emberfall, thought he could be saved easily if a girl fell for him. But that was before he turned into a vicious beast hell-bent on destruction. Before he destroyed his castle, his family, and every last shred of hope. Nothing has ever been happy for Harper. With her father long gone, her mother dying, and her brother constantly underestimating her because of her cerebral palsy, Harper learned to be tough enough to survive. When she tries to save a stranger on the streets of Washington DC, she’s pulled into a magical world. Harper doesn’t know where she is or what to believe. A Prince ? A curse ? A monster ? As she spends time with Rhen in this enchanted land, she begins to understand what’s at stake. And as Rhen realized Harper is not just another girl to charm, his hope comes flooding back. But powerful forces are standing against Emberfall…and it will take more than a broken curse to save Harper, Rhen, and his people from utter ruin.


Genre : fantasy

Edition : Bloomsbury

Date de sortie : 29/01/2019

Nombre de pages : 496

Prix : 17,81€


Deuxième réécriture de conte que je lis et c’est à nouveau un coup de cœur pour ce genre. Après l’histoire de La petite sirène dans « To kill a Kingdom« , c’est au tour du conte de La belle et la bête d’être revisité. De base, j’adore cette histoire et j’avais plutôt de la découvrir sous un nouveau jour, sous une nouvelle plume. Il y a longtemps (depuis le tome 3 de ACOTAR pour être précise), que je n’avais pas pleuré devant un livre, mais « A curse so dark and lonely » m’a complètement captivée et bouleversée et j’aurais aimé ne jamais terminer cette merveille.

***

Avec une réécriture de conte, on a forcément des attentes, et j’en avais forcément en commençant ce roman. Avec « A curse so dark and lonely« , l’auteure, que je ne connaissais pas, suit bien la trame et garde l’esprit de l’original. A la fois elle s’en éloigne doucement et innove, mais aussi elle réussi à construire un univers assez nouveau et surprenant, qui, au final m’aura vraiment plu. On a vraiment les bases, quelques rappels qui sont fait et en fait c’est amplement suffisant, ça permet à l’auteure de proposer son univers à elle à travers l’histoire que l’on connaît tous.

« True love is not about romance. True love requires sacrifice.A willingness to place another’s life above your own. »

Très rapidement on entre dans l’histoire, grâce aux points de vues de Harper et Rhen, on sait où l’on va assez vite. On se retrouve projetés dans un monde complètement aux antipodes du Washington du début, qui est à la fois féerique et impitoyable. Emberfall, et plus particulièrement Ironrose, regorgent de personnages atypiques et de descriptions magiques. Toute la partie château enchanté a été revisité, améliorée même selon moi, rendant le tout plus crédible, tout est plus « humanisé« , rendant la malédiction encore plus réaliste et cruelle. Cette malédiction, c’est ce qui va porter tout le roman, c’est le pilier qui va rendre l’histoire plus sombre, lui créant un univers riche et dramatique que j’ai vraiment adoré découvrir.

Sans trop de difficultés, on est emporté par l’historie, par l’action et surtout l’intrigue. Que cette intrigue est folle, bien menée, pas convenue et étonnante dans son genre. Surtout l’ouverture de la fin, qui laisse place à une multitude de possibilités et de questions. J’ai tellement hâte de connaître la suite pour enfin savoir si mes théories sont bonnes. Souvent je me disais « bon, là il va se passer ça… » et BIM c’était pas ça du tout. Aucune page, depuis la première ne m’a parue trop ennuyante ou pas nécessaire, honnêtement, j’ai aimé l’intégralité de ce roman.

« A long sigh escapes my chest. Hope is a luxury I cannot afford. An emotion I cannot dare to feel. »

Si j’avais bien une peur niveau personnages avec ce roman, c’était que Harper soit trop comme Belle dans le conte d’origine. Attention, j’aime Belle bien sûr, mais là, j’avais envie d’un personnage différent et avec une force de caractère plus poussée. Mais alors… si vous aimez les personnages féminins forts, badass, Harper va vous plaire autant qu’à moi. Elle est juste incroyable. Elle ne se laisse tellement pas faire dans un monde où les hommes sont en position de force. Elle s’affirme face à eux, impose ses choix avec sa vision moderne des choses et ça donne des moments juste fous. Elle n’hésite à aucun moment à se mettre en danger, à tout risquer pour faire ce qu’elle estime être le bien. Pas seulement pour se sauver elle, mais aussi ceux à qui elle tient. Sa compassion, son bon cœur en font une très bonne personne, va permettre de faire avancer l’action et elle est juste très touchante à certains moments. C’est une jeune femme accomplie, qui sait ce qu’elle veut et c’est pour ça que je l’ai tellement aimé.

L’auteure à très bien introduit le personnage de Grey, tout comme celui de Rhen. J’ai tout de suite adoré ces deux personnages, qui sont bien différents, mais aussi tellement complémentaires. J’apprécie leur amitié, parce qu’elle est solide on le sent clairement, elle est construite sur une forte loyauté avec une admiration fraternelle touchante. Au début, j’ai trouvé Rhen un peu trop à l’aise avec la malédiction et j’avais peur qu’elle soit relayée au second plan, qu’il prenne ça un peu trop à la légère, mais très vite, on avance et on découvre ce qu’il en est en réalité. On a évidemment beaucoup de compassion pour lui, quand on se rend compte de ce que cette malédiction lui a coûté, ce que ça a fait de lui et avec quelle méfiance permanente il vit depuis. J’ai apprécié son histoire, sa construction, son humour, son duo avec Grey, tout comme avec Harper et j’ai pleuré pour lui, ce qui montre à quel point je me suis attachée à ce personnage.

« I am always surprised to discover that when the world seems darkest, there exists the greatest opportunity for light. »

Tout l’univers de ce roman est si bien pensé, la différence entre Ironrose et les autres lieux de Emberfall qui diffèrent à cause de la malédiction, les descriptions sur le château, sur les costumes, sur le DC de Harper… tout est super bien pensé et l’imagination de l’auteure est vraiment incroyable, je n’en suis qu’admirative. Au delà de l’esprit romance de ce livre, il y a un vrai message sur l’amour-propre, il y a de vraies valeurs comme l’importance de la famille, la maladie et l’acceptation de soi.

« Failure isn’t absolute. Just because you couldn’t save everyone doesn’t mean you didn’t save anyone. »

Ce premier tome est très prometteur, c’est une réécriture grandement réussie. Tout est parfait dans ce roman, on ose pas lâcher le livre car on a toujours envie de connaître la suite à chaque fin de chapitre, c’est très addictif. Cette histoire est touchante, haletante, belle, pleine de bons messages, c’est beau et terrible à la fois et il mérite vraiment d’être lu.


Et vous, vous l’avez lu ? Vous fait-il envie ?

NOTE : 10/10


A très vite,

Gaelle

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s