bd

Revue BD #1

« Wild west », de Lamontagne et Gloris :

Le paysage de Monument Valley, Tsé Bii’ Ndzisgaii, comme disent les indiens navajos suffit à évoquer la Conquête de l’Ouest. À l’arrière d’une calèche, un garçonnet joue Oh Suzanna au banjo. Mais derrière ce décor majestueux à la tranquillité trompeuse, la mort rôde pour faucher sur la route le rêve américain. Le prologue met le lecteur au diapason du climat de violence qui règne dans l’Ouest sauvage, avec ses assassins et ses chasseurs de tête, ses proxénètes et ses prostituées. Rien n’arrête la marche du progrès. Alors que le chemin de fer se construit, dans un territoire à feu et à sang, qu’importent les ravages et l’exploitation. Originaire du Missouri, la famille de Martha Cannary, avant qu’elle ne devienne la célèbre Calamity Jane, avait elle aussi échoué dans sa traversée, livrant l’orpheline à elle-même.

Genre : western, historique

Edition : Dupuis

Date de sortie : 24 janvier 2020

Nombre de pages : 56

Prix : 14,50€


Ce qui m’a d’abord poussée à lire cette BD, c’est bien son héroïne iconique, que l’on connait tous ; Calamity Jane ! Il faut aussi dire que la couverture est sublime, tout comme les dessins de Lamontagne présents à l’intérieur. C’est une histoire passionnante que nous livre l’auteur Gloris, qui m’a permise de découvrir une autre facette de la célèbre Calamity Jane, et surtout, sur qui elle était avant sa renommée. J’ai été tout d’abord admirative de découvrir son courage et sa force, c’est vraiment la chose que j’ai préféré dans cet album. On y découvre un univers terrible, avec une ambiance toute aussi pesante et orpessante, qui a su être parfaitement retranscrite je trouve. Les planches sont percutantes, criantes de vérité et qui donne envie d’en lire toujours plus.

J’ai été agréablement surprise par cette bd, moi qui ne suis habituellement pas friande de western, je suis contente de m’être laissée tenter et j’ai hâte maintenant de lire la suite des aventures de cette femme d’exception !

NOTE : 4/5


« Dans les yeux de Lya, tome 2 », de Carbone et Cunha :

Lya va peut-être enfin connaître l’identité du chauffard qui l’a renversée la veille de ses 17 ans. Elle tient dans ses mains le dossier subtilisé dans le bureau de maître Martin de Villegan. C’est pour ce dossier qu’elle s’est faite embaucher comme stagiaire dans ce cabinet d’avo-cats. Tout ça pour ça. Mais Lya peut compter sur ses deux alliés fidèles, Adèle sa collègue dévouée et Antoine son meilleur ami. Sur le terrain, l’enquête pour la vérité vire à la série noire.

Genre : Drame

Edition : Dupuis

Date de sortie : 17 janvier 2020

Nombre de pages : 64

Prix : 12,50€


Je n’ai eu absolument aucun mal à replonger dans cette histoire, on rentre tout de suite à nouveau dans le vif du sujet : trouver le coupabke ! C’est vraiment l’élément principal de ce tome 2, l’enquête continue plus que jamais. Lya est déterminée à retrouver le coupable de son accident survenu dans le tome précédent. Je pense que ce tome est un peu un tome de transition et va laisser place à un troisième tome remplit de rebondissements. J’ai aimé ce tome pour l’adrénaline, l’aventure incessante et le plot final ! J’aime encore et toujours autant la plume de Carbone qui est pour moi une référence dans le milieu de la bd. Ajouté à celà les sublimes dessins de Justine Cunha, et vous avez une BD qu’il faut vraiment lire !

NOTE : 4/5


« Django, main de feu », de Rubio Salva et Efa

Django Reinhardt est une légende. Mais Django ? « celui qui réveille » ? est aussi né deux fois. Une première fois dans la neige, durant l’hiver 1910 dans une famille de nomades stationnée à Liberchies, en Belgique. La seconde à Saint-Ouen, près de Paris, à l’automne 1928, quand l’incendie de sa caravane lui mutila la main gauche. Le scénariste Salva Rubio et le dessinateur Efa avaient déjà signé ensemble un remarquable biopic sur Monet en 2017, rendant hommage à l’obsession du peintre pour la lumière. De même, ce biopic consacré à la jeunesse du musicien prodige met en scène la passion et l’obstination de celui qui s’est toujours considéré comme le plus grand guitariste du monde. Dans ce récit-partition, en découpant les cases comme des accords, le dessinateur anime la romance d’une vie en vibrations aquarellées pour mieux accompagner le cheminement musical et technique de l’inventeur du jazz manouche. De la musette au jazz, du violon au banjo puis à la guitare, la destinée de Django est celle de sa main de feu, habitée par le « duende » qui brûle dans l’âme du musicien manouche. Celle d’un miraculé qui renaît de ses cendres, plus éblouissant que jamais. Musique !

Genre : biographie

Edition : Dupuis (Aire libre)

Date de sortie : 24 janvier 2020

Nombre de pages : 88

Prix : 17,50€


Je suis super friande des biographies illustrées et je ne pouvais clairement pas passer à côté de celle-ci, d’autant plus que je ne connaissais absolument pas l’histoire de Django ! J’ai été super surprise face à la découverte de la vie incroyable de cet artiste avec un très grand A. De son enfance à son ascenssion en tant que guitariste de renom, les deux auteurs nous parlent avec passion, avec émotion aussi de la vie d’un artiste qui, on le ressent en lisant, admirent. J’ai été fascinée en tournant les pages, j’ai adoré découvrir l’histoire de Django, de sa famille et encore plus avec la biographie à la fin.

On a en plus le droit à un superbe préface signé Thomas Dutronc, qui nous donne la couleur, avec tout plein de poésie, pour la suite. Les dessins sont tout aussi parfaits, illustrant des mots, des dialogues qui m’ont touchés, émue et fait adorer cet artiste que je ne connaissais pas avant la lecture de ce sublime album. Je recommande chaudement cette BD, pour tous les amoureux de la musique, de l’histoire de la musique et de l’artiste talentueux qu’était Django.

NOTE : 4,5/5


« Olive », de Cazot Vero et Mazel Lucy

Olive, c’est l’histoire d’une fille de 17 ans, très timide et renfermée mais à l’imagination débordante. Un jour dans le monde onirique qu’elle s’est créée au fil des années débarque Lenny, un spationaute blessé et malade. Que fait donc cet homme dans son espace réservé où personne n’est jamais invité ?

Genre : fantastique

Edition : Dupuis

Date de sortie : 6 mars 2020

Nombre de pages : 56

Prix : 12,50€


Olive est une BD avec laquelle je ne savais pas vraiment où j’allais au début. Tout à l’air super perché, dans un monde très marticulier et finalement, même si ce n’est pas un coup de coeur, j’ai réussi à entrer assez facilement dans l’histoire, à comprendre petit à petit où l’auteur voulait emmener son lecteur. J’ai apprécié l’univers, l’ambiance générale aussi, c’est très fantastique, très coloré et on se met aisément à la place du personnage principal. L’histoire à l’air de partir un peu dans tous les sens, mais on peut facilement suivre le fil et profiter. L’héroïne est assez particulière en revanche, j’ai eu un peu de mal à m’attacher vraiment à elle, à compatir et j’espère de tout coeur que ça s’arrangera dans le tome 2. L’histoire en elle-même est plutôt agréable bien que pas inédite non plus. Mais je pense que on peut être surpris par la suite des tomes.

NOTE : 3/5


J’espère que ce nouveau format vous plaira et que ce sera une bonne occasion pour vous de découvrir de jolies BD ! Merci aux éditions Dupuis pour les envois et leur confiance !

A très vite,

Gaelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s