Historique, romance

« Hôtel Castellana », de Ruta Sepetys

Madrid, été 1957.Passionné de photographie, Daniel Matheson, 18 ans, découvre l’Espagne à travers l’objectif de son appareil. Il loge au quartier général de la haute société américaine : l’hôtel Castellana, où travaille la mystérieuse Ana Torres Moreno. À mesure qu’ils se rapprochent, Ana lui révèle un pays où la dictature fait régner la peur et l’oppression, hanté par de terribles secrets…


Genre : Historique, contemporain

Edition : Gallimard jeunesse

Date de sortie : 5 mars 2020

Nombre de pages : 592

Prix : 19,00€


Un roman historique inspiré de faits réels, c’est toujours quelque chose que j’apprécie et le fait que ce soit en Espagne, ça m’a tout de suite intriguée, ne connaissant pas énormément l’histoire de ce pays.

***

L’auteure nous embarque dans une Espagne brisée, divisée sous le règne du Dictateur Franco. Déjà, l’ambiance de l’époque se ressent immédiatement, dès les premières pages. On se plonge facilement auprès des personnages dans le cadre et l’univers particulier de l’époque. Ce roman nous expose au quotidien des Espagnoles à cette époque. On passe les portes de cet hôtel si particulier, qui a pour but d’accueillir les Américains, ce qui en fait un lieu mystérieux, où il se passe bien entendu tout plein de choses. On a en plus, et je trouve que c’est un avantage, un point de vue féminin et on se rend encore plus compte à quel point il y avait des injustices vis-à-vis de ces dernières à cette époque. Il y a un vrai drame, une vraie urgence ressentie derrière les mots de l’auteure que j’ai particulièrement apprécié.

Les destins se croisent au fil des pages, les personnages sont très bien travaillés et on ne peut que s’attacher à eux ! L’urgence dans laquelle ils sont placés y est pour beaucoup et la condition de leurs vies et leurs caractères fait qu’on les aiment de suite facilement. Même si j’ai énormément apprécié les personnages, je regrette un peu le côté trop « scolaire » parfois de la plume de l’auteure pour parler de la dictature. Autant des fois j’ai aimé comment elle en parlait, autant des fois on sent que l’auteure ne veut pas choquer et se désolidarise légèrement. J’aurais aimé qu’elle garde les idées et l’envie d’exposer l’atrocité de cette époque difficile pour le pays.

Le côté romance en revanche lui, m’a vraiment plu. Il s’agit bien évidemment d’une romance entre deux êtres que tout sépare et on sait où l’histoire va mener dès le début, mais je n’ai pas pu m’empêcher d’apprécier leur histoire pour autant, c’était mignon, dans un cadre tragique et j’ai adhéré à mon plus grand étonnement. C’était bien fait et ça permettait d’avoir un certain équilibre avec le côté tragique de l’histoire réelle. Si j’ai apprécié la romance, j’ai encore plus aimé que l’histoire soit tirée de faits réels et surtout qu’on ressente que l’auteure s’est documentée. On sent vraiment qu’elle maîtrise le sujet, qu’elle sait de quoi elle va parler à son lecteur et ça c’est vraiment appréciable. De la documentation est aussi présente, ainsi que des citations, qui renforcent le côté « vrai » du roman, au delà de la fiction. Ce roman m’aura plu, sans pour autant être un coup de cœur, mais il aura su me satisfaire pour son histoire lourde, sa romance et pour les petites choses qu’il dénonce en arrière plan.

NOTE : 3,75/5


A très vite,

Gaelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s