fantastique

« La neuvième maison », de Leigh Bardugo

Alex « Galaxy » Stern a vécu une adolescence chaotique. Élevée à Los Angeles par une mère hippie, elle a abandonné l’école très jeune pour se retrouver dans un monde sombre, violent et sans avenir. A 20 ans, elle est la seule survivante d’un horrible massacre inexpliqué, et c’est sur son lit d’hôpital qu’elle se voit offrir une seconde chance : rejoindre la prestigieuse université Yale en intégrant la maison Léthé. Cette entité, appelée La neuvième maison, surveille les huit sociétés secrètes de Yale ; ces derniers forment les futurs décideurs ainsi que les personnes influentes et pratiquent la magie sous différentes formes, bien souvent sinistres et dangereuses. Alex a été choisie, car elle possède un pouvoir rare et mystérieux : elle peut voir les fantômes. Alors que son mentor à disparu, elle va devoir enquêter sur le meurtre d’une jeune fille. Ce qu’elle va découvrir est bien au delà de l’horreur.


Genre : fantastique

Edition : De saxus

Date de sortie : 27 août 2020

Nombre de pages : 524

Prix : 19,90€

TW : violence, sexe, drogue, violence sexuelle, langage grossier, descriptions explicites de blessures.


Ce n’est pas une première lecture pour moi, car j’avais foncé lors de sa sortie en Vo l’an dernier. Mais si j’avais eu un peu de mal avec ma lecture à l’époque, j’ai dévoré le dernier petit bijou de Leigh Bardugo cette fois.

***

« La neuvième maison » est tout ce que j’aime dans la littérature depuis toujours, c’est fantastique, c’est dark, c’est de la magie, des confréries secrètes, du paranormal et aussi et surtout, c’est la plume de Leigh Bardugo. Ce n’est plus un secret, j’aime de tout mon cœur cette femme, ce génie. Cette fois, en revanche elle change complètement de public, puisqu’elle vise un public adulte avec ce roman. Et c’est certain que parfois faut s’accrocher, mais cette lecture vaut vraiment le coup !

Comme je l’ai dit, j’ai lu l’an dernier ce livre en Vo et si j’avais globalement aimé ma lecture, j’avais quand même eu du mal avec certaines longueurs, qui me poussaient indéniablement à faire souvent des pauses et lever les yeux au ciel. Mais je dois bien avouer que ces derniers jours, pendant ma lecture, je me suis moi-même surprise car je n’ai à aucun moment ressenti ces défauts. Déjà, la traduction est parfaitement faite, j’ai même regardé quelques fois, comparé par rapport à la version originale et franchement, bravo au traducteur, le travail est brillant. Est-ce que ça vient du fait que j’étais « plus dedans » ?, dans de meilleurs conditions et très hypée par cette sortie ? Peut-être, mais une chose est certaine, j’ai adoré ma lecture !

Parlons maintenant du livre, de l’histoire. Cet univers sombre, on se plonge très rapidement dedans, les détails nous permettent une immersion totale aux côtés de l’héroïne Alex Stern. On ressent très vite l’ambiance générale angoissante et dark que Leigh Bardugo à voulu donner à son roman. Au début, les temporalités peuvent paraître déroutantes, mais on se replace dans l’histoire sans trop de soucis. Les événements s’enchaînent assez rapidement et on veut très vite en savoir plus autant sur le passé que le présent.

« Mors irrumat omnia.

La mort nous baise tous.« 

Toute la partie fantastique et paranormale est absolument divine et apporte à l’histoire quelque chose de merveilleux qui personnellement m’a vraiment ravie. On sent que l’auteure est à l’aise avec le fantastique, avec le paranormal et son expérience nous donne une histoire époustouflante et haletante. C’est un vrai page turner, on a besoin d’en savoir plus, notamment parce que l’on suit une enquête très déroutante aux côtés d’Alex. J’ai eu encore une fois, un très gros coup de cœur pour le personnage de Galaxy, je me suis très vite attachée à elle, elle m’a faite ressentir tout un tas d’émotions à la minute et ce que je retiens d’elle, c’est que c’est un personnage féminin fort, comme je les aime. Je ne vais pas mentir, le personnage que j’aime vraiment beaucoup, c’est Darlington ! C’est un personnage vraiment mystérieux, sombre et fascinant, qu’on n’oublie pas.

J’ai adoré relire ce livre en Français, je me suis replongée dans cette lecture en étant à 200% dedans et j’en ai aimé chaque page. C’est sombre, cruel, fascinant, écrit par une auteure qui sait maîtriser les retournements de situations à la perfection. Leigh Bardugo nous offre un premier tome saisissant, porté par une héroïne puissante et réserve une suite très prometteuse que j’ai hâte de dévorer à son tour.

NOTE : 5/5

Merci aux éditions De Saxus pour cet envoi !


A très vite,

Gaelle

4 réflexions au sujet de “« La neuvième maison », de Leigh Bardugo”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s